[a.MUA]

atelier Morphose Urbaine et Architecturale

L'atelier

"Why" * Le Pourquoi...

Valeurs
Donner du sens, fabriquer du lien et construire l’osmose

L'atelier Morphose tire son nom du grec ancien "mórphôsis" : donner une forme, mettre en forme.

Si l’approche fractale et le comportement scalant des villes (voir article de Pierre Frankhauser) et du bâti suscite l’intérêt de l’atelier Morphose Urbaine et Architecturale, c’est parce qu’il considère nécessaire la mise en réseau, l’articulation des échelles et des quatre dimensions – en faisant interagir la macro- et la micro-échelle – pour rendre visible ce qui est invisible.

Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts.

Isaac Newton

[a.MUA] entend ainsi accompagner la mutation, la transformation, l’évolution et le renouvellement des espaces, qu’ils soient publics ou bâtis, en faisant émerger leurs attributs. Il s’agit de travailler en résonance avec l’environnement et d’intégrer une vision transversale et pluridisciplinaire des mécanismes urbains.

L’atelier s’attache intrinsèquement à identifier la vocation d’un espace, la valeur des usages, les modes de parcourir et d’habiter ce lieu par son rapport à son environnement. Son objectif est de donner forme pour s’adapter à quelque chose de nouveau, de dialoguer et assurer du lien, d’apporter une alternative à ces lieux et non-lieux en offrant une vision partagée et toujours contextualisée de la fabrique de la ville.

Structure hiérarchisée dendritique. Source: B. Mandelbrot (1983)

Structure hiérarchisée
dendritique.
(Source: B. Mandelbrot)

 

Délaissés industriels

Urbanisme décadent?
Ou espace en devenir?
(source: Pixadia)

 

Réconcilier l’humain et la ville. Rechercher et faire émerger une identité parfois «déjà-là» mais peu visible, peu palpable.

 

L’atelier Morphose Urbaine et Architecturale croit en…

  • une Ville Active où chacun est Acteur,
  • une Ville Ouverte, une Ville Partagée, une Ville Equitable,
  • une Ville d’Echanges, une Ville Connectée, une Ville Intense,
  • une Ville Mixte, une Ville Cosmopolite,
  • une Ville Durable, une Ville Adaptable,
  • une Ville en Osmose avec son environnement, une Ville de Transitions,
  • et, enfin, une Ville d’Identités :
    • où l’on donne du sens à l’espace,
    • où la valeur d’usage, l’expérience et le vécu de chaque individu enrichissent l’héritage affectif d’un lieu,
    • et où les temporalités riment avec la raison et l’économie de la juste mesure.

Jean-Pierre Le Dantec

Un lieu est quelque chose qui est susceptible de porter du lien.

 
Le commerce fondement des échanges

Le commerce,
les échanges.
(source: Pixadia)

 

Rue animée

Polarité, identité,
échanges et liens.
(source: Pixadia)

"How" * Le Comment...

Démarche
Dialoguer tous ensemble pour partager et co-bâtir

A travers la co-construction du projet, [a.MUA] cherche à favoriser l’appropriation des espaces par une appropriation du projet en amont en fédérant une vision partagée et sensible du projet, qu’il s’agisse d’espaces publics ou bâtis, favorisée par une émulation collective de l’ensemble des acteurs.

La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société.

Victor Hugo

L’atelier s’attache à élaborer un concept unique et contextuel parce que la fonction et la forme doivent nécessairement dialoguer avec leur environnement. C’est ainsi que chaque projet est appréhendé, développé et mis en œuvre.

Si formaliser cette ville en transition, ces territoires "en cours", là où la métropole est en train de se fabriquer, est l’une des vocations de l’atelier, c’est parce que l’intermédiaire peut renforcer, voire créer, ce réseau d’échanges parfois inopérant, cet entrelacs qui fait corps et qui assure les fondements de la Ville.

Cette capacité à travailler sur les entre-deux qui ont nécessairement des prédispositions à assurer du lien, pour tenir le tout et en faire une entité (comme une molécule), à différentes échelles, définit l’atelier comme une X-Scale Factory.

[a.MUA] entend enfin s’inscrire dans un urbanisme et une architecture narratifs et sensuels qui font sens et réactivent ("Re-Act") cet aspect fractal des espaces liés entre eux, en plaçant l’individu, l’usager au cœur du projet.

Une collaboration guidée par la maturité, la générosité, la recherche permanente d’équité et parfois les idées folles, créent la richesse des échanges et donc d’un projet. Co-construire un programme, aller au bout d’un concept, le nourrir à travers des phases de développement puis de test garantissent un projet réussi qui répondra au mieux aux besoins exprimés.

Friches ferroviaires

Friches ferroviaires,
échanges en devenir.
(source: Pixadia)

 

Plateforme logistique

Plateformes logistique,
vie insoupçonnée...
(source: Pixadia)

"What" * Le Quoi...

Champs d’intervention
Réconcilier l’échelle de l’humain et celle de la métropole

Les champs d’intervention vont de l’urbanisme prospectif ou opérationnel à la maîtrise d’œuvre d’espaces publics et bâtis, à travers la réalisation et le suivi:

  • d’études prospectives (esquisses, faisabilités, études préliminaires);
  • d’études de maîtrise d’œuvre urbaine (schémas directeurs, fiches et suivi de lots, assistance à maîtrise d’ouvrage);
  • d’études de maîtrise d’œuvre d’espaces publics ou bâtis (conception et réalisation).

Les hommes se rassemblent dans les villes pour vivre. Ils y restent ensemble pour jouir de la vie !

Aristote

Les parcours et les expériences antérieures variés apportent à l’atelier une pratique large, allant de la macro-échelle (Grand Territoire) à la micro-échelle (jusqu’au plus petit élément de serrurerie), en passant de l’espace rural, périurbain, urbain, architectural, jusqu’au mobilier urbain ou intérieur.

Ce spectre des échelles apporte à chaque projet un recul toujours nécessaire pour la prise en compte de chaque contrainte majeure ou mineure, mais aussi la mise en œuvre et la gestion/maintenance ultérieure des espaces créés.

L’atelier propose ainsi un accompagnement des maîtres d’ouvrage et d'usage, tant en conception qu’en maîtrise d’œuvre.

Ces missions s'appliquent tant à l'aménagement d’espaces publics qu’au renouvellement urbain, à la réorganisation et la revitalisation des centralités mais aussi des espaces périphériques. L'atelier réalise également de la construction neuve et du réaménagement/réhabilitation de bâti ancien.

Les études peuvent concerner aussi bien des polarités que des espaces périphériques, des tiers-lieux, des Pôles d’Echanges Multimodaux, ces lieux intermédiaires (entre entreprise et domicile, entre ville et transports...) qui ont vocation à devenir des entités urbaines en soi (des vrais morceaux de ville et pas seulement un espace de transit), les entre-deux de type urbanisme de dalle (dessus et dessous), les lieux s’apparentant aux interstices porteurs de liens.

 

Enfin, [a.MUA] poursuit ses explorations de la nature urbaine au travers de réflexions et lettres régulièrement publiées sur ce site.

Polarités, transports, ouvrages d'art

Fractures "à potentiel".
Rennes (©Google)

 

Polarité, commerce et dynamisme

Centres à "vitalité croissante".
Quimper (©Google)

 

Polarités, flux et mixité

Métropoles "en mouvement".
Toulouse (©Google)

 

Paris - Quartier des Olympiades

Quartiers "déconnectés" (dessus | dessous).
Olympiades (©Google)

 


 

Profil et Collectif ...